Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Syndicat FO Cermex  -  Corcelles Lès Cîteaux et Lisieux

Articles avec #fo cermex

Nouvelle organisation chez Cermex: illusion ou réelle volonté de changement ?

21 Juin 2017, 13:38pm

Publié par Syndicat FO Cermex

Un projet d’évolution sur la gestion des affaires de l'activité Packing a été présenté en mai 2017 au CHSCT et au CE de Corcelles en vue d'une consultation.

Les réponses aux questions posées par les élus FO sont restées évasives voire inexistantes et ne leur ont pas permis de faire une analyse pertinente de cette nouvelle réorganisation.

Impossible donc pour les élus FO de donner un avis éclairé, cependant, de par les quelques éléments fournis, ils ont pu relever les points positifs et négatifs suivants :

POINTS POSITIFS

POINTS NEGATIFS

  • Prise de conscience de la part du PDG CERMEX SAS que l’organisation actuelle ne fonctionne pas
  • Souhait de la direction de se recentrer sur la satisfaction client
  • Validation technique (chiffrage + PRU) des offres complexes (L3/L4)
  • Suppression de la cellule outillage (BEO)
  • Retour à une spécialisation par type de machine

 

  • Pas de budget prévu pour cette réorganisation
  • Pas de changement significatif/conséquent par rapport à l’organisation actuelle
  • Poursuite et renforcement de l’organisation en LEAN Six Sigma (source d’une dégradation des conditions de travail)
  • Disparition du travail collectif (individualisation du travail et des salaires avec mise en place de parts variables)
  • Pas de changement sur la gestion des données d’entrées commerciales
  • Pas de changement sur la gestion des installations (mise en service et suivi client)
  • Pas d’explication sur la Gestion des affaires
  • Absence d’une autorité technique
  • Pas d’explication sur la phase PMP1
  • Externalisation de la fabrication et des études dans les pays à bas coûts
  • Pas de licenciement

 

  • Intérimaires: systématisation de l’utilisation de la main d’œuvre précaire (de 10 à 20 intérimaires par atelier de production)
  • Opportunité d’évolution pour certains salariés

 

  • Changement de poste contraint
  • Pas d’accompagnement au changement
  • Aucune fiche de poste liée à ces changements (nouveaux postes et évolution des postes impactés)
  • Renforcement de l’équipe PM2
  • Pas de formation pour les nouveaux embauchés (PM2)

Malheureusement, cette réorganisation ne semble pas permettre l’amélioration escomptée et risque d’installer durablement chaque salarié, quel qu’il soit, dans une situation d’instabilité grandissante et néfaste, génératrice de Risques Psycho-sociaux.

Cependant, les élus FO sont, malgré tout, conscients qu’un changement d’organisation s’avère plus que nécessaire pour la pérennité de l’entreprise. En effet, selon les propos tenus par le PDG de CERMEX SAS, des pertes importantes (- 4 M€) ont été enregistrées depuis le début de l’année, dont 1 M€ avec une seule affaire pour un client situé aux Etats Unis (affaire qui continuera de générer des pertes d’environ 200 K€ par mois, tant que les problèmes rencontrés ne seront pas solutionnés).

Depuis plusieurs années, le dogme de la baisse du coût du travail est devenu une préoccupation majeure pour les dirigeants de Cermex. De ce fait, les élus FO ont une nouvelle fois alerté la direction sur sa politique de réduction des coûts qui se confond avec une réduction aveugle des dépenses.

Toutes ces pseudos réorganisations n'ont-elles pas pour unique objectif de plonger l'entreprise dans une spirale négative qui pourrait ainsi justifier une délocalisation partielle (qui a déjà débuté) ou totale de ses activités ?

Nouvelle organisation chez Cermex:  illusion ou réelle volonté de changement ?

Voir les commentaires

NAO 2017 : Vacances, j'oublie tout… ♫ Plus rien à faire du tout…♫

16 Avril 2017, 09:54am

Publié par Syndicat FO Cermex

Nous avons clos, le mercredi 12 avril 2017, les discussions relatives aux Négociations Annuelles Obligatoires.

Revendications FO :

Rappel des dernières propositions faites par le Syndicat FO :

  • Augmentation générale de 1,2% pour les cadres et non-cadres avec un talon. La direction a proposé 0,6% sans talon ou une prime vacances de 200€ … Après réflexion, nous avons fait le choix d’abandonner notre revendication d'une AG de 1,2%, mais avec comme dernière condition : l'obtention d'une prime vacances de 500€. La direction a refusé. Nous avons fini par proposer de scinder en deux l’attribution de cette prime de 500€ soit 300€ au 1er juin 2017 et 200€ au 1er janvier 2018. La direction a refusé.
  • Semaine de travail sur 4 jours. Christian Bock (PDG CERMEX SAS) n’est pas contre et nous propose d’avoir une réflexion globale.
  • Intéressement transformé en 13ème mois égalitaire. La direction a refusé.
  • Prime d’ancienneté (débloquer les 15%). La direction a refusé.
  • Augmentation de la prime conventionnelle de départ en retraite. La direction a refusé.

Propositions de la Direction :

Pour les cadres et non-cadres :

  • Une prime annuelle vacances de 300€. Cette proposition initiée par la direction a été reprise par les organisations syndicales.
  • Budget augmentation individuelle de 0,87%.

Médailles du travail :

Nous avons appris lors de ces NAO que les méthodes d’attribution des gratifications liées aux médailles d'honneur du travail étaient différentes entre les sites de Corcelles et Lisieux. FO a donc demandé une harmonisation par le haut de cet usage conformément à la législation en vigueur qui stipule que : "Sans justifications de raisons objectives, un usage ou un accord d'entreprise ne peut introduire de différence de traitement entre salariés d'établissements différents d'une même entreprise". Dans les faits, cette dotation est calculée de la manière suivante :

  • A Corcelles, le montant dépend de deux conditions :
  • Le type de médaille.
  • L’ancienneté Cermex (calculée au 31/12 de l’année de demande).
  • A Lisieux, c’est uniquement un forfait lié au type de médaille, sans rapport avec les années de présence chez Cermex.

Type de médaille d'honneur du travail

Corcelles

Lisieux

Partie fixe en euros

Partie variable en euros / années de présence chez Cermex

Forfait en euros / années de travail

Médaille Argent 20 ans

150 €

7,5 €

287 €

Médaille Vermeil 30 ans

150 €

10 €

444 €

Médaille Or 35 ans

150 €

15 €

619 €

Médaille Grand Or 40 ans

150 €

22,5 €

951 €

 

Il devrait résulter de cette harmonisation les modalités d'attribution suivantes (plus aucune référence aux années de présence chez Cermex) :

Type de médaille d'honneur du travail

Corcelles et Lisieux

Forfait en euros / années de travail

Médaille Argent 20 ans

300 €

Médaille Vermeil 30 ans

450 €

Médaille Or 35 ans

675 €

Médaille Grand Or 40 ans

1050 €

 

Exemple : Un salarié avec 5 années d’ancienneté chez Cermex et 15 années chez un autre employeur peut demander la Médaille Argent (20 ans) et recevoir une gratification de :

  • 150 € (part fixe) + (5 x 7,5 €) = 187,5 € à Corcelles
  • 287 € à Lisieux.

Après l’harmonisation, celui-ci recevra :

  • 300 € à Corcelles ou Lisieux,

Pour les salariés qui seraient dans ce même cas de figure et qui auraient reçu une médaille avant l’harmonisation, il ne sera pas prévu de rétroactivité de leur gratification…

Prime vacances :

La prime de vacances est une somme versée par l’employeur à ses salariés en guise de "coup de pouce" pour leur départ en congés payés.

On ne peut pas l’assimiler à du salaire. La prime de vacances est un complément de rémunération soumis à charges sociales et à l’impôt sur le revenu. Cependant, vous ne trouverez pas forcément sa mention dans le bulletin de paie. Enfin, la prime vacances est exclue du calcul de l’indemnité de congés payés. En outre, elle est soumise à cotisations dès lors qu’elle est allouée en raison de l’appartenance à l’entreprise.

Pour FO, l’octroi d’une somme égalitaire à tous les salariés sans distinction de rémunération va dans le bon sens. Par contre, le montant accordé n’est pas suffisant : 300€/brut correspond à 231€ net / an. Avec ce montant vous ne pourriez même pas vous payer une semaine de location dans un camping aux alentours de Corcelles ou Lisieux. Il vous faudrait au minimum 280€ pour pouvoir séjourner une semaine dans l’un de ces campings… et uniquement hors mois de juillet et août.

A noter que ce "coup de pouce" est différent d’un site à l’autre :

  • Sidel Octeville : 1000€ brut / an.
  • Gebo Reichstett : 500€ brut / an.
  • Cermex Corcelles et Lisieux : 300€ brut / an.

Il est vrai, cependant, que cette prime vacances, si minime soit-elle, sera toujours la bienvenue, particulièrement pour les petits salaires, même si, pour vos représentants FO, un salaire (décent) demeure le seul mode légitime de rémunération du travail. Néanmoins, cette prime ne pourra certainement pas compenser les conséquences d'une politique d'austérité budgétaire dictée par l'actionnaire TETRA LAVAL SIDEL mise en place depuis plusieurs années, soit :

  • Plus aucune Participation,
  • Un Intéressement qui plafonne autour de 1000€/an,
  • Plus aucune augmentation salariale depuis 3 ans pour de nombreux salariés,
  • Peu d'embauche et précarisation des emplois jugés sans valeur ajoutée,
  • Développement de la sous-traitance et de l'externalisation (Bulgarie, Maroc, ...),
  • Dégradation des conditions de travail liée aux organisations (LEAN, Six Sigma, Agile, etc.) et aux multiples réorganisations des services...

Nostalgie des années 80

Le fait que la direction ressorte cette prime nous renvoie au début des années 80. En effet, à cette époque, Cermex octroyait déjà deux primes vacances de 3500 francs chacune, versées en juillet et en décembre. Soit au total 7000 francs par an correspondant aujourd'hui à 1067€. C'est à partir de 1983 que ces deux primes ont été remplacées par l'Intéressement et la Participation, équivalant environ à 20 000 francs, soit 3050€.

Les paroles d'une chanson du groupe ELEGANCE, datant de 1982, nous reviennent en mémoire, elles résument parfaitement l'état d'esprit dans lequel se sont déroulées ces NAO: "Vacances, j'oublie tout... Plus rien à faire du tout… Pas besoin de penser... On ne peut pas résister"

    Conclusion :

    Nos représentants ont demandé s'il y aurait, comme les années passées, un chantage à la signature. Christian Bock a répondu qu’il ne ferait pas comme ses prédécesseurs ; les salariés bénéficieraient de cette prime même si les syndicats refusaient de signer. Alors pourquoi les représentants CFDT se sont-ils empressés de signer avant la fin des négociations ? Ils n'ont certainement pas pu résister

    =-=-=-=-=-=-=

    A noter que les réunions d’information que nous avons organisées à Corcelles et Lisieux le lundi 10 avril n’ont malheureusement pas eu l’audience escomptée. Sans ce rapport de force nécessaire, nos représentants n’ont pu suffisamment peser sur les négociations lors de cette dernière réunion. La direction est donc restée campée sur ses positions.… de ce fait, le Syndicat FO Cermex ne signera pas cet accord.

    Voir les commentaires

    Départ en retraite de notre camarade Jean-Paul

    12 Avril 2017, 14:58pm

    Publié par Syndicat FO Cermex

    Mardi 11 avril 2017 à Corcelles, notre camarade Jean-Paul a quitté l'entreprise après presque 40 ans de bons et loyaux services.

    Lors d'une petite cérémonie, quelques membres du Syndicat FO Cermex lui ont souhaité, comme il se doit, une bonne retraite bien méritée. Jean-Paul ému a remercié tous les camarades pour ce geste qu'il n'oubliera pas. 

    Photos de Jean-Paul avec quelques camarades du Syndicat FO Cermex
    Photos de Jean-Paul avec quelques camarades du Syndicat FO Cermex
    Photos de Jean-Paul avec quelques camarades du Syndicat FO Cermex
    Photos de Jean-Paul avec quelques camarades du Syndicat FO Cermex
    Photos de Jean-Paul avec quelques camarades du Syndicat FO Cermex
    Photos de Jean-Paul avec quelques camarades du Syndicat FO Cermex
    Photos de Jean-Paul avec quelques camarades du Syndicat FO Cermex

    Photos de Jean-Paul avec quelques camarades du Syndicat FO Cermex

    Voir les commentaires

    NAO 2017: Comment motiver les salariés après 0% d'augmentation générale en 2015 et 2016 ?

    26 Mars 2017, 10:34am

    Publié par Syndicat FO Cermex

    Le lundi 20 mars 2017, nos quatre Représentants FO (Stéphane Herfort et Guy Terryn pour Lisieux, Franck Amiot et Pascal Pychardy pour Corcelles) ont participé à la première réunion NAO qui s'est déroulée en WEBEX entre Lisieux et Corcelles.

    En introduction, la direction a fait un bilan des résultats sur les 3 dernières années. A noter que les chiffres présentés lors de cette réunion n'ont jamais été, au préalable, communiqués à nos représentants. D'après la direction, les mauvais résultats réalisés viendraient principalement du fait que pour maintenir l'activité début 2016, le groupe GEBO CERMEX aurait fait le mauvais choix stratégique d'accepter beaucoup trop d'affaires à marges réduites.

    Pour rappel, l'an passé, la direction argumentait l'absence de hausse de l'IPC (Indice des Prix à la Consommation) pour justifier sa très faible proposition d'augmentation salariale.

    Cette année, nos représentants ont insisté sur le fait qu'en février 2017 les prix à la consommation avaient augmenté de 1,2 % sur un an (Source : INSEE), et ont également demandé :

    • Quel était le montant des "managements fees" remonté au groupe GEBO CERMEX ?

    Réponse de la direction : 1,8 M€ par an depuis 3 ans.

    • Quel était le montant global des parts variables versé en 2016 chez CERMEX ?

    Réponse de la direction : Aucun montant ne sera communiqué car ces données sont individuelles et contractuelles.

    • Est-ce que le budget total prévu pour les NAO incluait les parts variables ?

    Réponse de la direction : Le budget dédié aux parts variables ne fait pas partie de celui prévu pour les NAO.

    • Quels étaient les montants du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et du Crédit d'impôt recherche (CIR) dont CERMEX a bénéficié en 2016 ?

    Réponse de la direction : Le Directeur Financier a répondu 450 000 € de CIR, et environ 500 000 € de CICE pour 2016.

    • Une grille de salaires par métier (Egalité Hommes / Femmes).

    Réponse de la direction : Cette grille ne sera pas communiquée car ces données sont individuelles. Toutefois, la direction s'est dite très sensible en matière d'égalité professionnelle, et a affirmé qu'elle surveillait chaque année l'apparition d'éventuels écarts de traitement.

    A noter qu'il est impossible pour FO de vérifier, sans l'aide d'un expert indépendant, la bonne foi de nos dirigeants.

    Ensuite, la direction a rappelé le plan d'embauche sans précédent mis en place en 2016 / 2017 dans l'entreprise, en évoquant fièrement un récent article du journal local de Côte d'Or : le Bien Public.

    Nos représentants ont souhaité relativiser cette information en s'appuyant sur les données fournies par la direction, soit :

    NAO 2017: Comment motiver les salariés après 0% d'augmentation générale en 2015 et 2016 ?

    Excepté que pour FO, il n'est pas possible de parler des embauches sans parler des départs. Entre le 31/12/2011 et le 31/12/2016, l'impact des embauches et des départs sur l'évolution des effectifs est faible :

    NAO 2017: Comment motiver les salariés après 0% d'augmentation générale en 2015 et 2016 ?

    Soit, 7 personnes supplémentaires en CDI entre 2013 et 2016, et ce, malgré le plan d'embauche "conséquent" annoncé ci-dessus...

    NAO 2017: Comment motiver les salariés après 0% d'augmentation générale en 2015 et 2016 ?

    Nos représentants ont rappelé le côté très ciblé de ces embauches. Certains salariés précaires sont présents chez CERMEX depuis plusieurs années (en lien ici), sans qu'aucune embauche ne leur ait été proposée, sauf par leur agence d'intérim (CDI Intérimaire). Et ce n'est pas un hasard si la population Ouvrière décroît année après année…l'actionnaire ayant fait le choix de précariser cette catégorie afin de mieux l'externaliser.

    Toujours avec les chiffres fournis par la direction, nos représentants ont souligné, dans la catégorie "cadres", les écarts de rémunération suivants :

    NAO 2017: Comment motiver les salariés après 0% d'augmentation générale en 2015 et 2016 ?

    Puis, la direction a fait les propositions suivantes :

    Pour les non-cadres :

    • Augmentation générale de 0,6% sans talon ou une prime annuelle vacances d'environ 200€
    • Budget augmentation individuelle de 1%

    Pour les cadres :

    • Prime annuelle vacances d'environ 200€ 
    • Budget augmentation individuelle de 1%

    Pour FO, l'idée d'octroyer une prime égalitaire à tous les salariés cadres et non-cadres, sans distinction du niveau de rémunération, va dans le même sens qu'une augmentation générale avec un talon. Par contre, ce budget de 0,6% n'est pas acceptable. En effet, pour un salaire mensuel de 1700€/brut, 0,6% correspond à une augmentation de 10,20€/brut qui ne compense même pas l'évolution sur un an des prix à la consommation (+1,2%).

    De leur côté, nos représentants ont proposé les pistes de négociations suivantes, sans préciser de montants :

    • Augmentation générale pour les cadres et non-cadres avec un talon
    • Semaine de travail sur 4 jours
    • Intéressement transformé en 13ème mois égalitaire
    • Prime d’ancienneté (débloquer les 15%)
    • Augmentation de la prime conventionnelle de départ en retraite

    Pour conclure, ils ont évoqué la dégradation des conditions de travail liée aux perpétuelles réorganisations et ont fait part de l'impact négatif que pouvait avoir une absence d'augmentation générale sur la motivation des salariés.

    NAO 2017: Comment motiver les salariés après 0% d'augmentation générale en 2015 et 2016 ?

    Au vu des premières propositions de la direction, nous appelons les salariés à être solidaires, unis, déterminés et à se préparer à se mobiliser pour défendre leurs revendications.

    La prochaine réunion NAO est fixée au vendredi 7 avril à 10h00

    Afin de tenir compte de l’avis des salariés dans le processus des négociations salariales, le Syndicat FO Cermex a décidé de convier tous les salariés à une :

    REUNION D’INFORMATION

    Le lundi 10 avril 2017 de 16h30 à 17h30

    Pour les salariés de Corcelles, à l’Algéco à côté du restaurant d’entreprise

    Pour les salariés de Lisieux, sur le parking du local CE

    VENEZ NOMBREUX, NOS SALAIRES EN DEPENDENT !

    Voir les commentaires

    FO signe l'accord sur les astreintes

    15 Mars 2017, 15:53pm

    Publié par Syndicat FO Cermex

    FO a signé l’avenant n°3 à l'accord sur l'organisation et l'aménagement du temps de travail qui définit les modalités de mise en œuvre de l’astreinte et ses conditions de rémunération. Cet avenant modifie également le nombre de jours conventionnels octroyés sans réduction de rémunération.

    Pour mieux se rendre compte des résultats de nos différentes rencontres avec la direction, nous vous invitons à lire les propositions initiales de la direction (en lien ici) puis l'accord final signé par notre organisation syndicale (en lien ici).

    Nous n'avons nul besoin de rappeler que FO a été une nouvelle fois seule force de propositions pour que cet accord aboutisse.

    Les principales propositions défendues par FO et acceptées par la direction:

    • différencier les astreintes entre celles effectuées suivant un planning (régulières) et les autres faites au coup par coup (exceptionnelles),
    • encadrer la rémunération forfaitaire des astreintes,
    • le strict respect du volontariat lors d'astreintes exceptionnelles,
    • proposition(s) de reclassement aux salariés qui n'accepteraient pas de signer un avenant à leur contrat de travail incluant des astreintes régulières,
    • limiter la durée des astreintes dans le respect des temps de repos,
    • exclure de l'accord sur les astreintes les salariés ayant conclu une convention de forfait en jours,
    • encadrer l'entrée et la sortie du régime d'astreinte,
    • etc.

    "Pour FO, quand un accord est bon on le signe et on le défend. Quand il est mauvais on ne le signe pas et on le dénonce !"

    Voir les commentaires

    LE DROIT DE GRÈVE ATTAQUÉ PAR TETRA LAVAL SIDEL

    2 Mars 2017, 13:00pm

    Publié par Syndicat FO Cermex

    Un mouvement de grève a été initié en avril 2016 par notre organisation syndicale (en lien ici) afin d'obtenir : L’embauche et la requalification de tous les précaires, l’amélioration des conditions de travail, des augmentations de salaires sans être contraints de travailler plus…

     

    Depuis la fusion de Cermex avec GEBO, le mépris silencieux a toujours été la seule posture adoptée par la direction face à ce type de mouvement de mécontentement.

    Sauf que, suite à la diffusion de notre dernier tract (en lien ici), l'actionnaire suédois TETRA LAVAL SIDEL a demandé à sa direction locale d'entreprise de passer à la vitesse supérieure en s'attaquant à un droit constitutionnel français : LE DROIT DE GRÈVE. Le droit de grève étant une des dernières armes qui reste aux salariés français pour se faire entendre quand une direction ne respecte plus le dialogue social.

    La direction de Corcelles s'est donc exécutée et a envoyé un courrier (en lien ici) à notre délégué syndical central afin de l'avertir des conséquences que pourraient avoir cette grève sur les salariés qui suivraient ce mouvement. A la lecture de cette correspondance, nous avons été contraint de répondre point par point à toutes ces attaques (en lien ici).

    Et comme si cela ne suffisait pas, afin de justifier son action, la direction a récidivé avec un deuxième courrier (en lien ici) nous obligeant une nouvelle fois à répondre par écrit (en lien ici).

     

    L’intimidation et la menace envers des salariés grévistes ne sont malheureusement pas une première dans l'entreprise. Mais cette fois, la contestation patronale de ce droit n'aura rarement été aussi clairement affirmée.

     

    Le Syndicat FO Cermex appelle l'actionnaire TETRA LAVAL SIDEL à cesser ses provocations à l’égard des salariés et à respecter le droit de grève. Il appelle le personnel à ne pas céder à ces manœuvres d’intimidation.

     

    Le droit de grève est un élément essentiel de la liberté syndicale et de la négociation collective. Remettre en cause ce droit fondamental, c'est remettre en cause la possibilité des personnes salariées de faire valoir collectivement leurs droits et la promotion des intérêts des travailleuses et travailleurs en toute justice. Ce droit est une pierre angulaire de toute démocratie et un élément fondamental de l'État de droit, un droit constitutionnel, indispensable à un processus de négociation collective.

     

    Si vous souhaitez faire grève, vous n’êtes pas obligé de prévenir à l’avance. Il vous suffit, pour ne pas être considéré comme ayant « abandonné votre poste », de vous déclarer gréviste dans le logiciel de présence "DECIDUIM". Par ailleurs, vos hiérarchiques ne peuvent vous réclamer aucune déclaration, formulaire, ou document écrit quelconque...

    Ne vous laissez pas intimider !

    Voir les commentaires

    Heures supplémentaires : Allez, encore un p'tit effort !

    7 Février 2017, 06:23am

    Publié par Syndicat FO Cermex

    NI VOLONTARIAT, NI GAIN REEL DE POUVOIR D’ACHAT !

    Comme l'an passé, la direction a décidé d’allonger délibérément le temps de travail, sans augmenter les salaires (0% d'AG en 2015 et 2016) et sans véritables embauches, malgré quelques recrutements très ciblés.

    Imposer des heures supplémentaires n'est pas sans impact sur la santé des salariés. En effet, depuis plusieurs années les conditions de travail se détériorent et de nouvelles pathologies apparaissent liées au stress généré par l’augmentation de la productivité (environ 40000 heures supplémentaires réalisées en 2016 à Corcelles).

    En conséquence, le syndicat FO Cermex demande aux salariés de se mettre en grève dès qu’ils seront réquisitionnés pour réaliser des heures supplémentaires au-delà de 37 heures hebdomadaires.

    Pour se déclarer en grève, les salariés ne doivent pas utiliser comme motif le refus d'effectuer des heures supplémentaires (l’employeur pouvant légalement les imposer), mais doivent impérativement utiliser les arguments revendicatifs FO suivants :

    • L’embauche et la requalification de tous les "précaires" : Le Syndicat FO Cermex revendique l'embauche et la requalification des personnes en situation de précarité, au vu de l'effectif intérimaires correspondant à 62 ETP* en 2016 à Corcelles.
    • L’amélioration des conditions de travail : Le Syndicat FO Cermex préconise une nouvelle fois d'abandonner la méthode Lean Six Sigma, source d’une dégradation progressive des conditions de travail, et propose le retour à une organisation du travail plus respectueuse de la santé des salariés. Partout où le Lean est mis en place, c’est pour obtenir les moyens de diminuer la "masse salariale", autrement dit virer du monde, au profit des actionnaires. Entraînant une pression toujours plus grande sur les travailleurs. D’ailleurs, les statistiques parlent d’elles-mêmes, et ont même en 2010 provoqué un mouvement de panique dans les plus hautes sphères de l’état. Avec à la clé un rapport demandé en urgence par le premier ministre sur le Bien-être et l’efficacité au travail : 10 propositions pour améliorer la santé psychologique au travail.
    • Des salaires convenables sans être contraints de travailler plus : Le Syndicat FO Cermex renouvelle sa demande d'une augmentation générale, avec un talon, pour pallier la paupérisation des plus bas salaires.

    Cet appel à la grève, d’une durée indéterminée, restera d’actualité tant que la Direction n’aura pas accédé aux revendications de notre organisation syndicale.

    Heures supplémentaires : Allez, encore un p'tit effort !
    Heures supplémentaires : Allez, encore un p'tit effort !

    Voir les commentaires

    VOEUX 2017

    7 Janvier 2017, 09:40am

    Publié par Syndicat FO Cermex

    VOEUX 2017

    Au seuil de cette nouvelle année, le syndicat FO Cermex, ses élus, ses représentants mandatés et ses adhérents vous présentent leurs meilleurs vœux et vous souhaitent un moral à toute épreuve, une santé inoxydable pour mener à bon port tous vos projets personnels, familiaux, professionnels…. et que chacun puisse s'épanouir et être reconnu à sa juste valeur dans son travail au sein de l'entreprise.

    Au niveau national :

    • 2016 : Année riche en évènements de toutes sortes, avec de grosses mobilisations du syndicat Force Ouvrière pour combattre la loi El Khomri qui va aboutir à une destruction progressive du code du travail. Véritable bras de fer entre le gouvernement et les manifestants qui n'a malheureusement pas permis l'abrogation de cette loi.
    • 2017 : Année électorale, nous savons que les candidats à la présidentielle vont se présenter à nous pour gagner nos suffrages. Ils devront s’engager pour un avenir plus social, plus solidaire et respecter leurs engagements. Concernant les élections syndicales TPE en cours, les salariés d'une entreprise de moins de 11 salariés ou les employés à domicile ont encore jusqu'au 13 janvier 2017 pour élire leurs représentants.

    Au niveau professionnel :

    • 2016 : Année marquée par une banalisation de la précarité, avec l'utilisation croissante d'intérimaires et de sous-traitants chez Cermex. Politique de l'emploi en lien avec l'organisation en Lean Six Sigma / Green belt, méthode dogmatique uniquement basée sur une recherche obsessionnelle de la réduction des "coûts", qui fait de plus en plus apparaître des risques psychosociaux au sein de l'entreprise.
    • 2017 : Année décisive ! Avec la poursuite du plan de déploiement du Lean Manufacturing programmée dans l'ensemble du groupe, les conditions de travail des salariés de Cermex ne risquent pas de s'améliorer.

    Face à cet avenir qui promet une réforme en profondeur du quotidien des salariés, le Syndicat FO Cermex devra démontrer sa solidité et sa pertinence. Il devra également rester vigilant sur le partage des richesses produites par le travail de tous les salariés.

    Négocier, Mobiliser, Résister…

    Tel est notre rôle, celui d'un syndicalisme libre et indépendant.

    La meilleure protection pour les salariés, c'est de se syndiquer. En ce début d'année prenez une bonne résolution : Adhérez à FO Cermex !

    VOEUX 2017

    Voir les commentaires

    Nouveau "PACKAGE" de consultations au CE sous le signe de la rationalisation !

    23 Décembre 2016, 08:14am

    Publié par Syndicat FO Cermex

    Afin d’améliorer l’efficacité et la "qualité du dialogue social" au sein des entreprises, la loi "Rebsamen" a regroupé les 17 différentes obligations récurrentes d’information-consultation du CE en 3 grandes consultations applicables depuis le 1er janvier 2016, sur :

    • les orientations stratégiques et leurs conséquences ;
    • la situation économique et financière de l’entreprise ;
    • la politique sociale, les conditions de travail et l’emploi.

    Les informations sont désormais noyées, dissoutes dans les indicateurs de la Base de Données Economique et Sociale (BDES). Ce nouveau dispositif de consultation est issu de l’ANI de 2013 et a été approuvé uniquement par les syndicats CFDT, CFTC et CFE-CGC. Rappelons que « rationaliser » les informations dans l’esprit du patronat, c’est en général les supprimer (lien vers l'analyse de l'ANI par FO).

    Cette année, nos élus ont donc été confrontés à une multitude de sujets et ont dû rendre des avis dans des délais extrêmement restreints et sans moyen supplémentaire. En aucun cas, ces conditions ne sont propices à l’établissement d’un rapport de force indispensable à un dialogue social de qualité.

    Pour FO, même si ce nouveau principe de 3 consultations annuelles retire au CE le droit à débattre des orientations stratégiques, il ne doit pas conduire cette instance à un rôle de simple «accompagnateur».

    Refusant ce rôle de relais qui scié si bien aux élus CFDT, les élus FO ont, comme à leur habitude, rendu trois avis motivés lors de la réunion du CE de Corcelles-lès-Cîteaux en date du 21 décembre 2016.

    Banalisation de la précarité

    Cette année encore, l'actionnaire TETRA LAVAL SIDEL a accentué son recours à la sous-traitance et à l'intérim sur le site de Corcelles.

    De leur côté, les élus FO ont, une nouvelle fois, fait part de leur rejet de l'utilisation abusive de toute forme d'emploi précaire, particulièrement en ce qui concerne la main d'œuvre intérimaire (représentant en moyenne 62 ETP en 2016, dont 52 dans la catégorie ouvriers) recrutée pour compenser, en grande partie, la baisse progressive des effectifs ouvriers en CDI/CDD dans l'entreprise (-10 salariés en 3 ans dans la catégorie ouvriers). A ce constat, s'ajoutent les heures supplémentaires qui correspondent à une moyenne de 21 ETP en 2016 (Cf. tableau ci-dessous).

    Nouveau "PACKAGE" de consultations au CE sous le signe de la rationalisation !

     

    Voir les commentaires

    Les effets du LEAN sur la Qualité de Vie au Travail chez Cermex

    21 Août 2016, 09:19am

    Publié par Syndicat FO Cermex

    Le Syndicat FO Cermex a décidé cette année de faire un état des lieux précis du contexte social de l'entreprise en lançant sa propre enquête sur la Qualité de Vie au Travail, et ce, afin d'évaluer le niveau de satisfaction des employés.

    Début mai, un questionnaire anonyme (en lien ici) a été remis aux salariés de Cermex à Corcelles Lès Cîteaux, et 34 % des salariés de Corcelles nous ont fait parvenir leurs réponses (résultats en lien ici). Nous tenons à remercier toutes celles et ceux qui ont pris le temps de répondre à ce questionnaire.

    Extractions des Résultats les plus significatifs et commentaires FO (en bleu) :

    Tout au long de nos commentaires, nous vous reparlerons de cette organisation qui, selon nous, impacte profondément la Qualité de Vie au Travail chez Cermex : Le LEAN Management ou Management par objectifs.

    Nous rappelons que le Lean Management a uniquement pour but d’intensifier la productivité et de baisser les coûts. Cela passe par la restructuration des services, le transfert d’activité à la sous-traitance, la diminution des effectifs et la hausse de la charge de travail.

    Aux questions suivantes, les salariés ont répondu :

    • "Combien d’heures travaillez-vous en moyenne par semaine ?":

    Seuls 7 % des salariés ont répondu entre 37 et 38 heures ; les autres font en moyenne 42 heures par semaine. Quant aux salariés à temps partiels, ils ont répondu qu'ils ne descendaient pas en dessous de 35 heures.

    Toutes ces heures supplémentaires résultent d'une forte intensification de l'activité et surtout d'une flexibilité accrue qui découle d'un manque d'embauche et de départs non remplacés depuis plusieurs années.

    • "En général, quand vos supérieurs hiérarchiques vous disent ce qu’il faut faire …":

    91 %: "Ils vous indiquent plutôt l’objectif du travail, mais vous choisissez vous-même la façon d’y arriver".

    Rien d'étonnant car depuis la mise en place d'un système de management par objectifs (LEAN), les salariés de Cermex se sont progressivement transformés en travailleurs indépendants payés pour leur prestation.

    • "Quand au cours de votre travail il se produit quelque chose d’anormal …":

    74 %: "La plupart du temps, vous réglez personnellement l’incident".

    Les salariés sont obligés de déroger aux règles imposées par leur management pour bien faire leur travail (travail réel en opposition au travail prescrit); de par la spécificité des métiers de Cermex et de la variabilité inéluctable des tâches, tous ces "écarts" ne peuvent être traités par l'amélioration continue. Ajoutons que la pression pour traiter les aléas le plus souvent en urgence (aléas appelés également "irritants"), pour augmenter la flexibilité de la production crée de plus en plus de situations stressantes. En effet, le salarié se retrouve le plus souvent totalement seul à devoir assumer une décision qui n’est, par définition, pas prescrite (par le processus). Et si, pour relancer la production, la solution/action dont il décide ne fonctionne pas, il s’expose à la critique car cette solution/action ne figure pas dans le processus.

    • "Dans le cadre de votre travail, est-ce que vous...":

    51 %: "Réalisez une partie de votre travail en groupe ou collectivement".

    Le travail en équipe qui était autrefois une des valeurs essentielles de Cermex se délite au détriment de méthodes de management basées sur l'individualisation avec des objectifs de performance.

    • "Qu’est-ce qui vous pousse à vous investir dans votre travail ?":

    91 %: "La satisfaction du travail bien fait",

    96 %: "L’envie de satisfaire au mieux les clients ou usagers de l’entreprise".

    Les salariés aspirent à un travail de qualité, utile et reconnu. Ces résultats sont en contradiction avec ce qui prime actuellement chez Cermex : le respect des objectifs et des consignes, et non un travail de qualité.

    • "Et en revanche, qu’est-ce qui vous gêne pour vous investir dans votre travail ?":

    57 %: "Le manque de reconnaissance",

    97 %: "La faiblesse des rémunérations".

    Le manque de reconnaissance se traduit généralement par une rémunération qui ne serait pas en adéquation avec l’implication qu’on exige des salariés ou la charge de travail qui s’alourdit. A noter qu'il est impossible de satisfaire pleinement la demande de reconnaissance dans le travail telle qu’elle s’exprime aujourd’hui chez Cermex. De par ce modèle d'organisation, les salariés exigent en effet à la fois d’être reconnus comme égaux et différents.

    93 %: "L’ambiance de travail",

    95 %: "Les délais trop serrés",

    Une mauvaise ambiance au travail est la conséquence de fortes contraintes temporelles et d’une importante charge de travail au plan quantitatif. Par exemple, il est de plus en plus courant chez Cermex de voir un salarié travailler sur plusieurs affaires en même temps.

    • "Au cours des 12 prochains mois, estimez-vous avoir un risque de perdre votre emploi":

    39 %: "faible",

    30 %: "nul".

    Presque 70 % des salariés ne craignent pas de perdre leur emploi. Résultats liés, en partie, à la forte activité. Attention, ce sentiment d'être "indispensable" est trompeur, en effet, si la hiérarchie a décidé de se séparer d'un salarié, toutes les évaluations seront soigneusement instruites à charge pour justifier, le moment venu, son éviction… des exemples le prouvent.

    • "Au cours des 12 prochains mois, estimez-vous avoir des chances de promotion ou d’augmentation":

    74 %: "nul".

    L’entreprise par ses exigences et ses incitations à la performance individuelle renforce une demande de reconnaissance individuelle qui, n’ayant pas les moyens de la satisfaire, va déboucher sur la frustration et le mécontentement et, en fin de compte, sur une attitude de retrait et un désinvestissement relatif des salariés. La grande majorité des salariés considèrent que leurs revenus, comparativement aux revenus les plus élevés, ne progressent pas suffisamment. Cependant, lorsque les salariés réclament une augmentation salariale, ce n’est pas seulement le niveau de leurs revenus qui est visé mais aussi la reconnaissance de leur contribution.

    • "Pour chacun des thèmes suivants, par qui êtes-vous en priorité informé ?":

    "Pour les perspectives d’évolution de l’emploi dans l’établissement", 49 % ont répondu: "Pas d'informations sur ce thème",

    "Pour les possibilités de formation", 50 % ont répondu: "Pas d'informations sur ce thème",

    "Pour l’évolution des salaires dans l’établissement", 46 % ont répondu: "Les Représentants du personnel".

    L'encadrement intermédiaire reste en première ligne, il fait ce qu'il peut avec les informations et les moyens qu'on lui octroi… La communication reste un processus difficile, une distance entre employés et direction s’est en effet installée dans cette organisation qui a fait le choix de privilégier un mode de communication unidirectionnel, du haut vers le bas. Il est dans ce cas difficile de parler de « communication », en effet, on ne peut pas réduire la communication à un simple acte de diffusion d’informations.

    • "Pour chacun des problèmes suivants, à qui vous adressez-vous en priorité pour essayer de trouver une solution ?":

    "Pour une mésentente avec un supérieur", 48 % ont répondu: "Les Représentants du personnel",         

    "Pour une absence de promotion ou d’augmentation salariale", 53 % ont répondu: "L'encadrement intermédiaire",

    "Pour de mauvaises conditions de travail", 42 % ont répondu: "L'encadrement intermédiaire" et 35 %: "Les Représentants du personnel".

    Une démarche en LEAN basée sur des processus d'individualisation du travail prive à terme les travailleurs de toute capacité d’organisation collective pour résister aux pressions de leur hiérarchie. Quant au management intermédiaire, c’est désormais une fonction essentiellement gestionnaire, qui n’apporte plus aucune aide à la réalisation technique du travail. La nouvelle fonction de ces managers consiste non plus à aider à réaliser la tâche, mais à mesurer les performances des collaborateurs à qui on a fixé des objectifs, de les dynamiser pour augmenter encore ces objectifs.

    • "En cas de tension ou de difficulté dans l’entreprise, que se passe-t-il le plus souvent ?

    94 %: " La direction décide seule des solutions qui lui semblent les mieux adaptées".

    Tout ce qui éloigne les salariés des centres de décision, décrédibilise le management de proximité et crée un sentiment d’impuissance collective et individuelle. Chez Cermex, nous sommes plus dans une logique d’obéissance que de recherche de solutions. Les solutions proposées strictement attachées aux décisions par voie descendante (top-down) sont celles qui ont été décidées en haut lieu (généralement au niveau du groupe) et la marge de manœuvre des salariés (principalement des managers) est très limitée. Leur travail est donc très directement dépendant des processus de prise de décision. Ce qui prime aujourd’hui, ce sont les contraintes du respect des délais et des coûts, au détriment du "bien-être" des salariés.

    • "Comment caractérisez-vous le climat social de votre établissement ?":

    49 %: "Plutôt tendu",

    48 %: "Tendu".

    Le recours aux méthodes du LEAN management n'est pas sans incidences sur le mauvais climat social qui règne actuellement dans l'entreprise.

    • "Par rapport à il y a trois ans, estimez-vous que ce climat est…":

    95 %: "Plutôt moins bon".

    Les experts du cabinet 7Ergonomie avaient prédit voilà 3 ans que l'organisation du travail en LEAN aurait des effets délétères sur le climat social de l'entreprise: Conduites de changement inadaptées, accroissement de l'intensification du travail, diminution du degré d'autonomie des salariés, perte de sens au travail en lien avec remise en cause des pratiques professionnelles, individualisation du travail avec délitement du collectif, manque de lisibilité sur les critères d'évolution et sentiment de non reconnaissance professionnelle, ...

    • "Et plus particulièrement, …":

    "Votre travail est-il reconnu à sa juste valeur", 37 % ont répondu: "Jamais",

    "Dans votre travail, devez-vous faire des choses que vous désapprouvez ?", 53 % ont répondu: "souvent",

    "Diriez-vous que vous adhérez aux valeurs du groupe ?", 52 % ont répondu: "Jamais",

    "Dans votre travail, êtes-vous obligé de vous dépêcher ?", 45 % ont répondu: "Toujours" et 47 %: "souvent",

    "Avez-vous le sentiment que votre travail nuit à votre santé ?", 40 % ont répondu: "souvent",

    Les contraintes de temps, de quantité et de complexité du travail génèrent des exigences croissantes de rendement et de productivité contrôlées par des reporting réguliers qui pointent les écarts, avec pour conséquence une surcharge mentale. Ajouter l'absence de reconnaissance, l'adhésion forcée à des valeurs affichées, qui ne sont malheureusement pas celles qui sont vécues au quotidien, la recherche permanente d’une performance accrue... tout cela provoque un grand malaise parmi les travailleurs, particulièrement pour les cadres.

    "Y a-t-il un lien entre le résultat de l’entretien d’évaluation individuel et le niveau de votre salaire ou vos primes ?", 62 % ont répondu: "Jamais",

    "Les critères retenus pour évaluer votre travail vous semblent-ils pertinents ?", 57 % ont répondu: "Parfois" et 37 %: "Jamais".

    Le salarié et son supérieur direct se rencontrent une fois par an autour d’un questionnaire. Ils replongent leur nez dans les objectifs fixés l’an passé, en définissent de nouveaux, se demandent si le salarié sait décider, négocier, s’il est stable émotionnellement, autonome, disponible, ou encore s’il a de bonnes compétences techniques. En retour, le salarié fait part de ses envies d’évolution professionnelle, de rémunération, de formation. Et tout le monde est heureux. Ou pas, surtout lorsqu'il s’agit de profiter de ce huis clos pour enfoncer un peu plus un "collaborateur". Soyons réaliste, le but de ces entretiens annuels d'évaluation n'est pas seulement de définir des objectifs mais bien de mettre la pression individuellement à chacun pour « arriver à l’excellence » et surtout d'orchestrer le "tous contre tous". Pour la plupart des salariés, l’évaluation renvoie au besoin de reconnaissance du travail et des qualifications professionnelles. Alors que pour nos dirigeants, l’évaluation consiste à déterminer des objectifs, contrôler les activités et surveiller les attitudes des salariés.

    • "Comment évaluez-vous votre Qualité de Vie au Travail ? (Notez sur une échelle de 1 à 10, 1 désignant une situation très dégradée, 10 voulant dire que vous la considérez très bonne)":

    Les salariés ont donné une note moyenne de 4,2/10 à la Qualité de Vie au Travail chez Cermex. 68 % des notes se situent entre 1 et 5.

    Cela fait maintenant quelques années que les gestionnaires du LEAN se sont imposés dans le paysage de l'entreprise, en introduisant l'idée que l'on pouvait faire de l'argent non pas avec le travail mais en faisant des économies sur les stocks, les ratés, les retouches, les effectifs. Tout ce qui est à la marge peut être l'objet d'économies. Partout, on nous explique que la source de la richesse c'est la gestion des stocks et des ressources humaines, ce n'est plus le travail. Nous commençons à le payer aujourd'hui ! Cette approche gestionnaire croit mesurer le travail, mais c'est conceptuellement et théoriquement faux ! Il n'y a pas de proportionnalité entre le résultat du travail et le travail. C'est très grave, car cela signifie que la comptabilité est fausse: les résultats de cette enquête le prouvent. La qualité de vie au travail ou plus simplement, la qualité du travail devrait être notre meilleur atout compétitif dans un monde de plus en plus concurrentiel.

    • Si vous souhaitez ajouter quelque chose (remarque par rapport au questionnaire, souhait d'aborder d'autres thèmes, etc.):

    Certains salariés ont laissé des commentaires, nous en avons sélectionné quelques-uns qui nous semblent bien refléter l'état d'esprit de la majorité des personnes qui ont répondu à ce questionnaire:

    - "La qualité du travail se dégrade d'année en année, due au manque de promotion…"

    - "Segmentation des tâches = isolement des personnes = mauvaise communication…"

    - "C'est la camaraderie avec la hiérarchie qui conditionne les promotions/augmentations et non la qualité du travail et l'investissement …"

    - "Le travail doit être un échange et non une imposition…"

    Voir les commentaires

    1 2 3 4 5 6 7 8 > >>