Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Syndicat FO Cermex  -  Corcelles Lès Cîteaux et Lisieux

Accord temps de travail : Reprise du "dialogue social"

23 Novembre 2014, 11:18am

Publié par Syndicat FO Cermex

Faisant suite à la reprise du dialogue social (voir article - FO accepte la "pointeuse" sous certaines conditions...), mercredi 19 novembre, la direction a convoqué les organisations syndicales de Cermex SAS afin de re-négocier un avenant à l'accord sur l'organisation et l'aménagement du temps de travail de la société Cermex SAS (Corcelles et Lisieux). En amont de cette première réunion, le Syndicat FO Cermex a fait parvenir à la direction l'avenant numéro 2*, revu et corrigé, comprenant les propositions FO de Corcelles et Brazey.

*Avenant signé par la CFDT, pour lequel FO a fait valoir son droit d'opposition.

Lors de cette réunion, les représentants FO de Corcelles ont obtenu l'accord de la direction sur les thèmes suivants :

1. Conditions de mise en place de badgeuses :

Afin de donner plus de souplesse dans l'utilisation des badgeuses au personnel en horaire variable, les parties se sont engagées à mettre en place à Corcelles et Brazey :

• Un crédit hebdomadaire maxi de 60 minutes qui pourra, à l'initiative du salarié, être réalisé entre la 37 et la 38ème heures sans autorisation ni validation hiérarchique. Ces minutes supplémentaires seront, au choix du salarié, soit : payées ou placées dans un compteur "pont" ou RCR.

• Un débit hebdomadaire de 15 minutes maxi qui sera accordé entre 37 et 36h45 sans obligation d'effectuer une demande d'absence. Ces minutes négatives seront en priorité retirées du compte RCR.

• Des horaires variables pour le personnel horaire de Brazey et modification des plages horaires à Corcelles.

Les salariés en forfait jours ne badgeront pas. Nous avons uniquement proposé de vérifier par le biais d'un auto-déclaratif que le repos quotidien de 11 heures consécutives et hebdomadaire de 24 heures + 11 heures consécutives, soit bien respecté, comme le stipule la nouvelle jurisprudence en vigueur. La direction a répondu qu'elle effectuerait ce contrôle lors des entretiens annuels d'évaluation.

2. Forfait jours : Conserver le forfait de 12 jours de RTT comme inscrit dans l'avenant N°1.

3. Jours de pont : Hors période de fermeture, toutes les journées de pont qui précèdent ou qui suivent un jour férié sont chômées et, au choix du salarié, prises en congés, en RTT ou récupérées (heures de pont).

4. Compte épargne temps : Préciser les conditions d'utilisation du CET en introduisant le "congé pour convenance personnel" (pris en heure, demi-journée ou journée).

Les points toujours en discussion sont :

Horaires variables :

   - Définir les plages fixes et mobiles à Brazey

  - Elargissement des plages mobiles et réduction des plages fixes à Corcelles (Pour l'horaire H1, l'élargissement de la plage mobile à 7h00 au lieu de 7h15 a été accepté)

L'augmentation et l'indexation de la prime d'habillage : Nous avons proposé le doublement de cette prime. La direction réfléchit à une contre-proposition.

L'obtention comme à Lisieux de 5 jours pour enfant malade : Même si aujourd'hui la direction refuse toujours d'aller au-delà de 2 jours.

Temps de déplacement professionnel : Lorsque le temps de déplacement professionnel n'est pas assimilé à du temps de travail effectif, nous avons demandé que le salarié ait le droit de refuser toute mission hors lieu habituel de travail qui ne rentre pas dans ses horaires habituels de travail et ce, sans que ce refus lui soit d'aucun préjudice. La Direction a refusé cette proposition. Pour ne pas bloquer les négociations, nos délégués ont demandé la suppression de cet article.

Aujourd'hui, nous attentons que tous les engagements de la Direction, donnés verbalement lors de cette première réunion, soient retranscrits noir sur blanc dans un accord.

Rejoignez FO !

Nos adhérents, que nous remercions pour leur soutien, ont la primeur, voire l'exclusivité, des informations relatives au déroulement des négociations en cours (avenant N°2, revu et corrigé, avec les propositions FO détaillées et commentées).

Nous invitons les salariés, qui n'ont pas encore fait le choix de se syndiquer, à venir nous rejoindre (Lien vers bulletin d'adhésion)Se syndiquer chez FO, c’est se donner la liberté d’agir et plus nous serons nombreux, plus nous serons en mesure de faire entendre nos revendications collectives.

Voir les commentaires

Il n’y a pas de République sans Service public !

22 Novembre 2014, 16:57pm

Publié par Syndicat FO Cermex

Voir les commentaires

Quetigny: le mouvement de grève se durcit chez Sanofi

14 Novembre 2014, 19:00pm

Publié par Syndicat FO Cermex

La grève continue sur le site de Sanofi de Quetigny, près de Dijon. Voilà près d'une semaine qu'elle a commencé, 1/3 des salariés sont toujours en grève. Le syndicat FO Cermex soutient les salariés qui se battent pour conserver leur emploi.

Voir article UDFO 21

Voir article du Bien Public

Voir les commentaires

FO accepte la "pointeuse", mais sous certaines conditions…

9 Novembre 2014, 10:52am

Publié par Syndicat FO Cermex

A la demande de la direction et du syndicat FO Cermex, la DIRECCTE (Inspection du Travail) s'est déplacée sur le site de Corcelles le 14 octobre dernier.

L'objet de cette visite était d'apporter un éclairage juridique à la situation actuelle, suite à l'exercice du droit d'opposition du syndicat FO relatif à la signature par le syndicat CFDT de l'avenant N°2 à l'accord sur l'organisation et l'aménagement du temps de travail de la société Cermex SAS (voir article - Accord temps de travail: FO s'oppose ! ).

Ce déplacement a fait l'objet d'un compte rendu de la DIRECCTE qui relevait, entre autres, "une dégradation du dialogue social et une perte de confiance" de la part des élus FO dans ses relations avec la direction. Suite à ce constat, l'Inspection du Travail a demandé à la direction de : "restaurer un dialogue social sain".

Dans l'objectif de renouer le dialogue, la direction a donc convoqué la semaine dernière, à deux reprises, deux délégués FO (Franck Amiot et Pascal Pychardy).

Lors de ces deux entrevues, nos deux représentants ont rappelé que notre syndicat était toujours opposé à la mise en place d'une pointeuse dans l'entreprise (voir article - Une pointeuse pour notre "sécurité" et notre "bien-être"!). Après discussion, la Direction a consenti certains aménagements afin de rendre acceptable, par notre syndicat, l'utilisation d'une pointeuse chez Cermex.

Dans ce contexte d'ouverture, nous avons proposé de renégocier un nouvel avenant à l'accord sur l'organisation et l'aménagement du temps de travail de la société Cermex SAS (Corcelles et Lisieux). Proposition que la direction a acceptée.

Nous sommes satisfaits de la reprise du dialogue. Cependant, nous restons vigilants à ce que les promesses verbales données par la direction, lors de ces deux réunions, soient tenues et retranscrites dans le futur accord. 

Néanmoins, à l'heure actuelle, rien n'est définitif concernant cet accord, en effet, si nous avons obtenu des "garanties" de la direction sur certains points, nous avons encore d'autres requêtes à lui soumettre.

Nous tenons à rappeler que notre action syndicale consiste à améliorer les conditions de travail des salariés et à préserver les acquis.

Nous vous invitons à venir consulter régulièrement notre blog afin de connaître prochainement nos revendications et l'avancement des négociations.

 

Voir les commentaires

Quand le Medef rejoint les plus rétrogrades

8 Novembre 2014, 07:56am

Publié par Syndicat FO Cermex

Bien que les pouvoirs publics accèdent, à tort, à ses revendications, le président du Medef joue le « Monsieur plus ». Il conteste des lois votées, notamment en matière de pénibilité ou d’information des salariés en cas de reprise d’une TPE ou petite PME. Il obtient le renoncement aux cotisations sociales sur les dividendes. En donnant la primauté à la négociation dans l’entreprise, au détriment de la branche et de l’interprofessionnel national, il remet en cause les règles sociales républicaines pour accélérer le passage vers le « modèle » anglo-saxon. S’agissant des institutions représentatives du personnel, il entend mettre en place, par référendum ou accord majoritaire, un conseil d’entreprise facultatif (remplaçant DP, CE et CHSCT). Aux États-Unis, pour que le syndicat existe il faut que 50 % + 1 des salariés le demandent et les pressions sont très fortes pour qu’ils ne le fassent pas.

Force Ouvrière avait raison quand, contrairement à d’autres organisations syndicales qui ont accepté et négocié la représentativité, nous expliquions que les accords dits majoritaires seraient utilisés pour déroger et remettre en cause la hiérarchie des normes.

Last but not least, comme disent les Anglo-Saxons, le Medef demande en outre que la France dénonce la convention 158 de l’Organisation internationale du travail sur le licenciement. Convention qui avait notamment permis de remettre en cause le CNE et le CPE. Le Medef veut pouvoir licencier à sa guise, sans justification ! Ce faisant, il rejoint les patronats les plus rétrogrades de la planète, ce que le patronat français n’avait jamais fait jusqu’alors.

Il y a quelques jours, après un séminaire à l’École polytechnique de Lausanne, M. Gattaz vantait le modèle suisse. Aujourd’hui c’est le modèle anglo-saxon, que dira-t-il lors de son prochain voyage en Chine, voire à Cuba ? En attendant, c’est le modèle français, celui de la république sociale, qu’il attaque. Cela s’appelle du social bashing.

Cela augure mal des négociations en cours ou à venir. Qu’il y ait confrontation d’intérêts, de classes, c’est normal, logique et démocratique. C’est même sain. Encore faut-il que le compromis soit possible, sinon c’est la négociation et la pratique contractuelle qui seraient remises en cause.

Alors le 16 décembre nous nous adresserons au gouvernement, sans oublier le patronat (Déclaration de la Commission Exécutive Confédérale).

En toute liberté et avec détermination. 

Jean-Claude Mailly - Secrétaire Général FO

Voir les commentaires

Mobilité verticale : L'ascenseur a des ratés ...

6 Novembre 2014, 10:47am

Publié par Syndicat FO Cermex

Les salariés du service Production de Corcelles viennent tout juste d'être informés de l'annulation de la nomination de Mr Ludovic A au poste de Responsable d'atelier (voir article - FO dit "OUI" à la mobilité interne).

Les raisons de ce changement restent floues, personne ne comprend ce revirement. En effet, un Directeur de Production qui annonce une nomination (en lien ici),  et se rétracte un mois après, c'est une première chez Cermex!

Sans explications officielles, seuls quelques échos qui nous parviennent expliqueraient, en partie, ce volte-face inattendu :

>>> Lors de la dernière réunion mensuelle du CODIR/COPIL*, l'annonce par les Responsables RH et Product Supply (membres du CODIR) de la nomination de Mr Ludovic A au poste de Responsable d'atelier aurait déplue à plusieurs membres du COPIL, frustrés, une fois de plus d'être juste informés, sans avoir été consultés au préalable. Cet épisode reflèterait le climat de tension qui règnerait actuellement entre les membres "dirigeants" du CODIR et les membres "exécutants" du COPIL. Cette frustration de certains managers du COPIL aurait pour origine la perte d'une partie de leur pouvoir de décision face au CODIR. Quoi qu'il en soit, cette fronde aurait contraint le CODIR à désavouer deux de ses membres en dénommant Mr Ludovic A au poste de responsable d'atelier.

>>> Le fait que Mr Ludovic A soit une personne ouverte qui dialogue avec tous ses collègues sans distinction, y compris les élus FO, aurait également joué en sa défaveur.

Avis aux personnes qui souhaitent dorénavant évoluer professionnellement à Corcelles: EVITEZ tout contact avec les élus FO, plus particulièrement avec le délégué syndical FO (Pascal Pychardy).

Le Syndicat FO Cermex regrette le peu de considération dont fait preuve la direction envers ses salariés. Cet épisode démontre clairement que les qualifications et les compétences à elles seules ne suffisent plus à faire fonctionner l'ascenseur professionnel chez Cermex. Et ce, malgré le "Code de conduite professionnelle" promu par le groupe GEBOCERMEX qui stipule :

"Nous recrutons, employons et proposons des évolutions professionnelles à nos salariés sur la seule base de leurs qualifications et de leurs compétences. Nous ne tolérons aucune forme de harcèlement."

"Nous ne pratiquons aucune discrimination et nous garantissons un traitement équitable à tous les salariés sans distinction d’âge, de race, de sexe, d’origine ethnique, de nationalité, de santé, de handicap, d’état civil, d’orientation sexuel, d’opinions politique ou philosophique, d'appartenance à des syndicats ou autres critères protégés par la loi..."

*CODIR = Comité de direction / "équipe dirigeante" composée des 7 plus gros salaires de l'entreprise (voir article "Examen des comptes: Trop cher et inutile ... pour qui ?")

*COPIL = Comité de pilotage  / "garde rapprochée" de la direction composée de 19 cadres

Mobilité verticale : L'ascenseur a des ratés ...

Voir les commentaires

Examen des comptes : Trop cher et inutile… pour qui ?

2 Novembre 2014, 15:06pm

Publié par Syndicat FO Cermex

Lors de la dernière réunion du Comité Central d'Entreprise (CCE) du 02/10/2014, la CFDT (majoritaire dans cette instance depuis les élections professionnelles de juin 2014), dans un élan commun avec la Direction, a décidé de mettre fin à l'examen des comptes de Cermex par un expert comptable indépendant que les élus FO avaient voté en janvier. Selon eux : Trop cher !  Et en plus inutile ! La CFDT et la Direction veulent donc faire des économies : au profit des actionnaires ou des salariés ?

Cependant cette volonté d'économie ne vaut pas pour toutes les dépenses de Cermex. En effet, grâce à l'expertise des comptes de l'an dernier, nous avons eu connaissance de chiffres surprenants, auxquels seul un expert comptable peut avoir accès : par exemple le montant des plus hauts salaires et les primes variables/bonus accordés aux principaux 'managers'.

La CFDT qui crie haut et fort que l'expertise coûte trop cher (honoraires de 32 400 € en 2013) n'avait par contre rien trouvé à redire aux 1 068 000 € versés en 2012 aux dix salariés de Cermex les mieux payés (soit en moyenne la modique somme de 8 900 € bruts par mois et par bénéficiaire) ni aux 146 000 € versés sous forme de primes variables à douze 'managers' toujours en 2012 (soit en moyenne la modique somme de 12 167 € par bénéficiaire).

Nos grands cadres sont sans doute très méritants, bien plus que l'expert comptable mandaté par le CCE qui permettait de rendre la politique de rémunération moins opaque. En tout cas, grâce à la CFDT qui a annulé l'expertise, nous ne connaîtrons ni le montant des dix plus hauts salaires, ni celui des primes variables pour 2013 et pour 2014. Dommage, car la très grande majorité du personnel qui gagne bien moins de 8 900 € par mois aimerait sans doute savoir si des économies ont été réalisées sur les dix plus hauts salaires et sur les primes variables. Et c'est bien grâce à la CFDT que la Direction peut de nouveau appliquer cette fameuse maxime : pour vivre heureux, vivons caché !

En outre, toujours dans un souci de transparence, les élus FO s'étaient battus en début d'année pour obtenir de la direction qu'elle fournisse à l'expert les salaires (non nominatifs), afin d'avoir un état des lieux précis des différences de salaires par métier, niveau/échelon, mini/maxi, toujours sur le principe : "à travail égal, salaire égal".

La direction avait dans un premier temps refusé (on peut se demander pourquoi), mais sous la pression des élus FO (délibération des élus FO au CCE du 27/01/2014), cette dernière avait fini par accepter de donner toutes les informations à l'expert pour qu'il réalise pour cette fin d'année un tableau récapitulant tous les salaires par métier. Lors du dernier CCE du 02/10/2014, la CFDT et la direction ont sciemment omis de rappeler cette demande particulière lorsqu'ils ont voté l'annulation de l'expertise. Personne donc ne connaîtra les écarts de salaires entre des personnes occupant un même poste. On peut donc en déduire que la CFDT estime que le principe : "à travail égal, salaire égal" est respecté dans l'entreprise et que cette analyse aurait été certainement encore : trop chère et inutile. Pour vérifier si l'égalité de traitement entre les salariés est respectée, nous devrons donc nous contenter de chiffres inexploitables fournis dans des rapports comme, par exemple, celui sur la "Situation comparée des femmes et des hommes dans l'entreprise". En effet, ces données sont incohérentes, donc incompréhensibles ; pour preuve, quelques "anomalies" relevées dans le rapport 2013 - page 6 - (en lien ici).

Cet épisode n'est cependant pas la fin de l'histoire. Vos élus FO continuent de penser qu'il est utile de mandater un expert indépendant pour examiner les comptes de Cermex. Cela permet de mieux comprendre la situation et les perspectives de l'entreprise, de mieux cibler les revendications, de faire la lumière sur des informations habituellement 'confidentielles' comme les plus hauts salaires, et au final de mieux défendre les intérêts des salariés.

Examen des comptes : Trop cher et inutile… pour qui ?

Voir les commentaires

350 000 emplois non pourvus, une extrapolation grossière pour un usage abusif

2 Novembre 2014, 07:56am

Publié par Syndicat FO Cermex

Que représente le chiffre de 350 000 emplois non pourvus et pourquoi n’est-il en aucun cas une preuve du manque de motivation des chômeurs à retrouver un emploi, comme l’a avancé François Rebsamen, ministre du Travail et de l’Emploi ?

Entretien - Hadrien Clouet, chercheur au Centre de Sociologie des Organisations (CSO / CNRS-Sciences Po)

LIRE LA SUITE

Voir les commentaires

Puis-je être dispensé de la complémentaire santé de mon entreprise ?

2 Novembre 2014, 07:32am

Publié par Syndicat FO Cermex

C’est la question qui revient souvent actuellement. Et pour cause, au 1er janvier 2016, toutes les entreprises devront être couvertes par un régime de complémentaire santé. Or, pour que les contributions patronales soient exonérées de cotisations et contributions sociales, il faut que le régime mis en place soit obligatoire pour les salariés.

Mais avant de répondre à cette interrogation, une mise au point : ce caractère obligatoire est peut être gênant d’un strict point de vue individuel mais se justifie amplement du point de vue collectif : il permet une meilleur protection, une solidarité entre les membres et des tarifs plus avantageux.

LIRE LA SUITE

Voir les commentaires

Pacte de responsabilité : en savoir plus……

2 Novembre 2014, 07:30am

Publié par Syndicat FO Cermex

FO a refusé de signer le pacte de responsabilité, qui n’est pas un accord mais un relevé de conclusions où l’on accorde aux entreprises une baisse effective de leurs charges à hauteur de 40 milliards et une simplification de l’environnement administratif et règlementaire avec en contrepartie un engagement non déterminé dans le temps pour le maintien de l’emploi, le développement des compétences et qualifications, la modernisation du dialogue social. Autrement dit, de l'immédiat contre un futur qui reste à concrétiser.

  LIRE LA SUITE

Voir les commentaires