Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Syndicat FO Cermex  -  Corcelles Lès Cîteaux et Lisieux

Prime d'Intéressement : Complément ou substitut de salaire ?

27 Juin 2017, 18:06pm

Publié par Syndicat FO Cermex

L'accord Intéressement arrivant à son terme, la direction de Cermex a convoqué les Organisations Syndicales à venir négocier un nouvel avenant.

Dès le début des pourparlers, la direction de Cermex a été très claire avec nos représentants : l'accord qui leur sera proposé devra être signé en l'état, rien ne sera négociable… Selon les représentants des Ressources Humaines, ce nouvel accord a été décidé et validé au niveau du groupe et ce, dans une volonté d'harmonisation des "avantages" sociaux entre les sites.

Pour FO, rien ne peut justifier la signature d'un tel accord surtout lorsque les dés sont pipés d'avance. En effet, nous sommes bientôt en juillet et la direction connaît déjà le montant de l'intéressement. Si les résultats projetés, qui indiquent une note finale plus proche de 2 que de 3 (voire inférieure à 2), ne s'améliorent pas, ils risquent de priver les salariés d'une prime d'Intéressement pour 2017.

Aussi loin que l'on s'en souvienne, pour la plupart des salariés de Cermex, la politique de modération induite sur les salaires de base est compensée par ces primes d'intéressement ; devenant ainsi un réel dispositif de flexibilisation des coûts salariaux.

A l'époque, combien de salariés ont inclus cette prime dans leur calcul de rémunération annuelle afin d'obtenir un prêt bancaire ?

Aujourd'hui, lorsque l'on analyse les rémunérations individuelles des salariés, on peut  aisément constater des disparités significatives de l'effet de cette politique de modération par l'intéressement. Beaucoup de salariés faisant partie des "générations intéressement" sont facilement identifiables car, malgré leur ancienneté dans l'entreprise, leur salaire de base a très peu progressé. Absence de progression confirmée par les résultats de l'étude du Centre d'Etudes de l'Emploi (en lien ici) qui démontre clairement que les salaires de base sont significativement plus élevés dans les entreprises sans intéressement.

De surcroît, chez Cermex, excepté pour les parts variables managériales de nos dirigeants, on remarque une baisse régulière et incontestable des rétributions variables relatives à l’intéressement et à la participation.

Est-il besoin de rappeler les différences fondamentales qui existent entre Intéressement et salaire : Les COTISATIONS SOCIALES !

Cotisations qui servent à financer la Sécurité Sociale, les retraites et toutes les prestations sociales. Cela représente une belle « économie » pour l'entreprise et une perte d'autant pour les régimes sociaux. Régimes sociaux dont les déficits sont aujourd'hui supportés par les seuls salariés. Pour rappel, l'intéressement récompense les résultats de l'entreprise, par nature aléatoires, alors que le salaire est notre rétribution en échange de notre force de travail, lié à un contrat, donc pérenne. Il est donc bon de rappeler que l'intéressement ne servira ni au calcul des pensions de retraite, ni au calcul des indemnités de départ en cas de licenciement par exemple.

Il faut également rappeler que les primes de participation et d’Intéressement étaient auparavant considérées comme de l’épargne et bloquées à minima 5 ans. Aujourd’hui cette configuration a changé, le déblocage peut être annuel… Ainsi, beaucoup de salariés demandent le versement immédiat de leur prime. Ce qui servait à l’épargne s’est transformé insidieusement en rémunération venant compenser les pertes de pouvoir d’achat induites par des politiques salariales minimalistes.

Attention donc ! Depuis plusieurs années, nous dérivons vers une rémunération à deux vitesses : une part fixe, le salaire, qui ne garantit plus le pouvoir d’achat et une part variable, l’Intéressement…

En conclusion, l'actionnaire a fait le choix de supprimer les augmentations collectives de salaire au profit de primes aléatoires qui sont devenues au fil du temps pour nombre de salariés la seule option pour maintenir leur pouvoir d'achat. Cela renforce notre volonté de nous battre pour obtenir, en priorité, un salaire fixe décent et non un substitut de salaire à caractère aléatoire.

Commenter cet article